SUR LES TRACES DE LA MIRACULEE DE SAMBISSA

Habiba Sali, rescapée de Boko Haram, vit une vie tranquille dans une famille d’accueil dans le village Tourou et compte s’y établir définitivement.

 

Habiba Sali, ex-otage de Boko Haram de Sambissa au Nigéria

Ce mardi, dans la petite ville frontalière de Tourou (Arrondissement de Mokolo), sur les traces de Habiba Sali, la rescapée de la forêt nigériane de Sambissa, véritable bastion de Boko Haram, nous la retrouvons aux encablures du marché. Ici, l’essentiel de la population y passe le temps et elle avec. Surtout par ces temps de petite trêve avant de reprendre les travaux champêtres. "Depuis que j’ai fui la forêt de Sambissa à la suite d’un bombardement de l’armée nigériane et que l’armée camerounaise m’a recueilli et ramené ici à Tourou, j’ai trouvé une famille d’accueil dans laquelle je m’épanouis. Je ne crois plus que je vais retourner dans mon village Hidoua parce qu’à la suite de l’attaque de ce village en février 2016, tout le monde a fui la contrée. Donc, je ne suis plus si sûre de retrouver les miens. D’ailleurs je suis ici avec quelques uns qui ont aussi fui le village", confie-t-elle toute souriante. La miraculée de Boko Haram précise même : "Je bénéficie de beaucoup d’égards de la part des autorités administratives et traditionnelles. Je suis traitée au même pied d’égalité que les autres populations déplacées qui vivent ici à Tourou. Comme je n’ai pas de problème, j’ai décidé de m’établir ici et de continuer une vie normale". Dans son nouveau village, les membres des comités de vigilance lui vouent une grande attention. Viziga Emmanuel, le président du comité de vigilance de la zone de Tourou indique : "Elle a retrouvé une nouvelle famille. Elle est à l’aise et a exprimé le désir de rester avec nous. Nous veillons sur elle comme sur les autres membres de la communauté".

Pour Rappel, Habiba Sali est cette jeune fille d’une vingtaine d’année kidnappée en 2014 en compagnie de sa belle mère par les éléments de Boko Haram à Hidoua. Elles passeront trois mois dans un village avec d’autres otages avant qu’ils ne soient convoyés dans la forêt de Sambissa. Précisons que la forêt de Sambissa a la superficie de 60 000 Km2 , elle est située à 60 km au sud-est de Maïduguri, la capitale de l’Etat de Borno au Nigéria.

Pendant sa captivité, Habiba Sali a été mariée à un soldat de Boko Haram et de cette union est né un bébé. Mais au cours d’une opération menée par l’armée nigériane dans ce bastion des islamistes, elle profite de la débandade pour s’enfuir, laissant derrière elle sa belle-mère et son bébé, ce après avoir passé 18 mois de captivité. Au bout d’une marche de 8 jours en pleine brousse, elle sera aperçue par des membres du comité de village et remis aux autorités sécuritaires qui l’ont exploitée avant de la remettre à sa famille.

À propos de l'auteur

Prev PRERILLEUSE RESILIENCE DES DEPLACES INTERNES DE MEME
Next COMMENT LA POPULATION DE MESKINE ATTEND LA VENUE DE RADIO HOSSERE, VOLCAN FM

Laisser un commentaire





Aujourd'hui9
Total1937

Visiteur(s) en ligne
1
Online

Sunday, 15 September 2019 14:27

Capture gredevel